Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


lundi 19 février 2018

audio: Frédéric Gros présente l'ouvrage de Michel Foucault, Les aveux de la chair


audio: Frédéric Gros présente l'ouvrage de Michel Foucault, Les aveux de la chair
La Grande table (2ème partie) par Olivia Gesbert, 16.02.2018


Michel Foucault
Histoire de la sexualité 
IV
Les aveux de la chair
Édition de Frédéric Gros
Gallimard 
Bibliothèque des Histoires
2018
Présentation de l'éditeur

vendredi 16 février 2018

en ligne: Traces of Bourdieu: Inspirations, continuations, revisions (Ślady Bourdieu: Inspiracje, kontynuacje, rewizje), Studia Litteraria et Historica , No 6 (2017)



en ligne: Traces of Bourdieu: Inspirations, continuations, revisions (Ślady Bourdieu: Inspiracje, kontynuacje, rewizje), Studia Litteraria et Historica , No 6 (2017)


Présentation du dossier par Studia Litteraria et Historica
Introduction
The text introduces the collection of articles devoted to modern reflection on Pierre Bourdieu’s theory, entitled Traces of Bourdieu: Inspirations, continuations, revisions (Ślady Bourdieu: Inspiracje, kontynuacje, rewizje), originally presented at the eponymous conference held in 2013 in Warsaw. The conference was coorganised by the Centre for French Culture, Faculty of Philosophy and Sociology (University of Warsaw), the Institute of Slavic Studies, Polish Academy of Sciences and the UW–EHESS Interdisciplinary Cooperation Group.

Wprowadzenie
Tekst stanowi wprowadzenie do zbioru artykułów poświęconych współczesnej refleksji nad teorią Pierre’a Bourdieu, zatytułowanego Ślady Bourdieu: Inspiracje, kontynuacje, rewizje (Traces of Bourdieu: Inspirations, continuations, revisions). Na zbiór ten składają się teksty referatów wygłoszonych podczas konferencji pod tym samym tytułem, która odbyła się w Warszawie w 2013 roku. Organizatorami konferencji były następujące instytucje: Ośrodek Kultury Francuskiej, Wydział Filozofii i Socjologii (Uniwersytet Warszawski), Instytut Slawistyki Polskiej Akademii Nauk oraz Interdyscyplinarny Zespół Współpracy UW–EHESS.

Ślady Bourdieu. Inspiracje, kontynuacje, rewizje [Traces of Bourdieu. Inspirations, continuations, revisions]

Anna Zawadzka, Michał Kozłowski

Ślady Bourdieu: Teoria [Traces of Bourdieu: Theory]

Małgorzata Jacyno

Frédéric Lebaron

Magdalena Pancewicz-Puchalska

Ślady Bourdieu: Biografia [Traces of Bourdieu: Biography]

Amín Pérez

Izabela Wagner

Ślady Bourdieu: Teren [Traces of Bourdieu: Field]

Loïc Wacquant

Grzegorz Jankowicz, Jan Sowa

Lucyna Kopciewicz 

mercredi 14 février 2018

Actes de la recherche en sciences sociales, 2017, N° 220 ,Varia

Actes de la recherche en sciences sociales, 2017, N° 220 ,Varia
Seuil
2018


Page 4 à 25
Francis Lebon, Maud Simonet
« Des petites heures par-ci par-là »
Quand la réforme des rythmes scolaires réorganisait le temps des professionnels de l’éducation
Page 26 à 47
Hadrien Clouet, Jean-Marie Pillon
Le chômeur et le chronomètre
Course contre la montre à Pôle emploi
Page 49 à 67
Brice Le Gall
L’aggiornamento d’un département d’économie
Conversion à la gestion et marginalisation des savoirs critiques
Page 68 à 85
Marianne Blanchard, Sophie Orange, Arnaud Pierrel
La noblesse scientifique
Jugements scolaires et naturalisation des aspirations en classes préparatoires aux grandes écoles
  
Page 87 à 101 
Laure Flandrin
Les contradictions du capitalisme informationnel à la lumière de l’affaire Renault, 2010-2011
Résumé 
 

mardi 13 février 2018

Lire les sciences sociales: Présentation et discussion (en présence de l’auteur) du livre : Le cinéma au XXe siècle. Entre loi du marché et règles de l’art (CNRS Editions, 2016) de Julien Duval, 23 février 2018





LIRE LES SCIENCES SOCIALES 2017/2018
Vendredi 23 février 2018
15h30 - 18h00
CNRS/Site Pouchet, Salle 124
59 - 61, rue Pouchet, 75017 Paris
Présentation et discussion (en présence de l’auteur) du livre :
Le cinéma au XXe siècle. Entre loi du marché et règles de l’art (CNRS Editions, 2016) de Julien Duval (Directeur de recherche au CNRS, chercheur au CESSP)
Par Audrey Mariette (Maîtresse de conférences à l’Université Paris 8, chercheuse au CRESPPA)

Cinéma commercial contre films d’auteur ? Cinéma populaire contre cinéma élitiste ? Loi du marché contre règles de l’art ? La dualité entre superproductions hollywoodiennes et films d’art européens semble traverser toute l’histoire du cinéma depuis les années 1920. Mais les frontières entre ces deux espaces n’ont jamais été figées, comme l’explique Julien Duval dans cette sociologie novatrice du champ cinématographique au XXe siècle. Ainsi, le cinéma populaire a su se parer de certains traits des arts savants. Quant au cinéma d’auteur, il n’est pas tout à fait devenu « l’égal des autres arts » : les cinéastes doivent toujours composer avec les contraintes économiques propres à leur mode d’expression. Examinant à nouveaux frais ces jeux de transferts et ces oppositions, Julien Duval éclaire également les débats récents sur « l’exception culturelle » et sur les priorités des politiques publiques en matière cinématographique.


(source: LLSS)

lundi 12 février 2018

audio: Olivier Alexandre, Sophie Noël, Aurélie Pinto présentent Culture et (in)dépendance. Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles


audio: Olivier Alexandre, Sophie Noël, Aurélie Pinto présentent Culture et (in)dépendance. Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles
La Suite dans les idées par Sylvain Bourmeau, 10.02.2018 





Culture et (in)dépendance
Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles 
Sous la direction de
Olivier Alexandre, Sophie Noël, Aurélie Pinto
Peter Lang
ICCA – Industries culturelles, création, numérique 
2017

Présentation de l'éditeur
« Indépendant », « alternatif », « indie », « underground », « avant-garde », « de création »... Depuis les années 1970, la revendication d’indépendance a pris une importance grandissante dans les univers de production culturelle. Qu’elle se rapporte à des contenus, des méthodes de travail ou des dispositifs de médiation, cette revendication propose une alternative à la domination des groupes et des productions mainstream. Son succès conduit cependant à s’interroger sur la cohérence même d’une notion progressivement transformée en label de qualité.
À travers douze contributions traitant de l’édition, du cinéma, de la musique, des médias et de la vulgarisation scientifique, cet ouvrage montre en quoi l’indépendance relève d’une construction sociale tributaire de son environnement institutionnel et marchand. Des ondes aux écrans, de l’Europe aux États-Unis, des managers aux artistes, il met en évidence le balancement entre artisanat de création et recherche d’une structuration économique pérenne.
En mettant à distance la dénonciation ritualisée de l’hégémonie des majors et autres « grands groupes » et en s’appuyant sur des terrains ancrés dans différents contextes nationaux, ce livre fait le pari d’une approche transversale pour mieux saisir la manière dont l’indépendance irrigue et structure des filières trop souvent envisagées de manière cloisonnée. Il éclaire ainsi une catégorie de référence des industries culturelles paradoxalement peu étudiée par les sciences sociales, et permet de saisir l’évolution des rapports de force dans des secteurs confrontés à une rationalisation économique et à des mutations technologiques de grande ampleur.
Olivier Alexandre est sociologue, chargé de recherche au CNRS.
Sophie Noël est sociologue et maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 13 (LabSic).
Aurélie Pinto est sociologue et maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (IRCAV).
Sommaire

Introduction
Olivier Alexandre, Sophie Noël et Aurélie Pinto
Partie I L’indépendance, un nouveau récit
Généalogie d’une catégorie zombie. Des médias de masse
à la culture mainstream aux États-Unis …………………………………….21

Michael Z. Newman
Qu’est-ce que l’indie rock ? ..............................................................35
J. Ryan Hibbett
Raconter une autre histoire. La bande dessinée alternative américaine entre autonomie et aspirations à la légitimité
artistique ......................................................................................... 51

Jean-Matthieu Méon
Partie II. La fabrique de l'indépendance
L’Association en toute indépendance. Distribuer, diffuser, distinguer la bande dessinée ……………………… 69
Benjamin Caraco
Dans le cadre du losange. Pratiques de l’indépendance
dans le cinéma d’Éric Rohmer ........................................................ 87

Philippe Mary
Mises en je de l’indépendance cinématographique.
Le cas des réalisateurs autobiographes ......................................... 101

Juliette Goursat
Partie III L’indépendance à l’épreuve des institutions
Produire des faits autrement. L’IUT de Bordeaux,
une alternative à la « neutralité » journalistique .......................... 115

Samuel Bouron
L’auteur assigné à résidence ? L’écrivain contemporain
dans le dispositif de la résidence d’écriture .................................. 129

Sylvie Ducas
L’« intelligence » comme (in)dépendance.
L’Université de tous les savoirs (2000–2013) ............................... 145

Boris Attencourt
Partie IV une indépendance sans frontières ?
L’édition indépendante, une question de géographie.
Les ressorts nationaux d’une définition transnationale …………… 163

Sébastien Lehembre
Entre « trouver sa place » et « atteindre un public mondial ».
Parcours d’indépendance sur la scène de musiques actuelles de Saint-Pétersbourg 
……………179 
Anna Zaytseva
My major is indie. Les stratégies de récupération du label
« indépendant » par les groupes d’édition ................................... 193

Tanguy Habrand